Isabelle de Ponfilly

Le mobilier à l’heure du changement

Micro-architecture mobilier de bureau, Vitra © Alexandra Cossette

Le mobilier de bureau est un élément essentiel de l’espace de travail. L’éditeur de design doit anticiper de nouveaux usages, répondre aux demandes des entreprises et assurer une bonne commercialisation. Dans sa stratégie de marque, Vitra a développé des relations prolifiques avec des designers ou architectes, d’Andrea Branzi avec Citizen Office aux récents concepts d’Arik Levy ou des frères Bouroullec. Entre anticipation et stratégie de marque, le design du mobilier de bureau propose des systèmes adaptables et paramétrables afin de répondre aux spécificités de chaque société.

Isabelle de Ponfilly est directrice générale de Vitra France.

Stream : Quelle est la particularité de la maison Vitra comme éditeur de mobilier ?

Isabelle de Ponfilly : Vitra, entreprise familiale suisse, fabricant de mobilier, crée des environnements sains, intelligents, inspirants, productifs et durables pour le bureau, la maison et les espaces publics.

Stream : Quelle est la place du mobilier de bureau ? 

Isabelle de Ponfilly : Nous avons démarré notre activité dans la fabrication de mobilier pour le bureau dans les années 1950. Tout naturellement, en nous intéressant à
l'environnement de travail, nous avons créé en 1990 les bureaux innovants le Metropol – design Mario Bellini (concept très innovant d'utilisation du 3e niveau et non seulement de la surface du bureau). Ensuite, les collections de bureaux (WorKit – design Arik Levy, Ad Hoc – design Antonio Citterio, Joyn – design Ronan & Erwan Bouroullec), les sièges ergonomiques (ID Chair – design Antonio Citterio, Meda collection – design Alberto Meda), sans oublier les classiques (sièges Aluminium Group – design Charles & Ray Eames) ainsi que les mobiliers de notre collection Home (Alcove – design Ronan & Erwan Bouroullec, Suita sofa – design Antonio Citterio, Hal – design Jasper Morrison).
La part du mobilier de bureau représente encore la plus grosse part de notre chiffre d'affaires.

Environnements souples

Stream : Avez-vous pu dégager des tendances sur les besoins des utilisateurs et l'évolution des conditions de travail à court et moyen terme ?

Isabelle de Ponfilly : Au cours du vingtième siècle, les collaborateurs se contentaient surtout d'exécuter des tâches clairement définies. Leurs postes étaient à l'image de la nature répétitive de leur travail et l'environnement de bureau se limitait à un alignement de tables et d'espaces de rangement.
Le bureau actuel est un lieu entièrement différent. Les tâches répétitives sont effectuées par des ordinateurs. Le bureau d'aujourd'hui et de demain doit être en harmonie avec un monde beaucoup plus complexe. Ses meubles ne doivent pas entraver le processus rapide du changement mais, au contraire, contribuer à son dynamisme.
Le besoin croissant de communication – formelle et informelle – constitue le nouvel aspect organisationnel le plus important. Le travail individuel peut être exécuté n'importe où, mais les échanges directs et personnels restent un facteur primordial dans la recherche de solutions à des problèmes complexes. Ces échanges permettent d'établir des contacts, de s'enrichir, de s'associer et d'entrer en compétition les uns avec les autres.
Nous passons de longues heures au bureau. Un environnement de bureau optimal est un lieu dans lequel chacun se sent bien. Le concept Vitra écrit une nouvelle définition du bureau : il ne s'agit plus d'un lieu consacré uniquement au travail mais d'un lieu dans lequel vivent des hommes – au sens le plus large du terme. C’est dans cet objectif que notre concept  intègre des aspects de l'habitat dans l'environnement de bureau : il associe le design classique du vingtième siècle à l'ergonomie des sièges et tables contemporains et joue avec les couleurs et les éléments décoratifs. Il part du principe que le travail peut être agréable et crée un environnement dans lequel plaisir et satisfaction occupent une place importante.

Comment promouvoir l'intelligence et l'enthousiasme collectifs ?
 En mettant en place un environnement incitant à la communication tout en respectant l'intimité, un environnement créant une atmosphère positive et agréable.
Notre concept Citizen Office répond à ces exigences.
Il crée des postes de travail alliant dynamisme et inspiration en combinant des zones consacrées au travail individuel, des espaces dédiés au travail collectif et des zones de détente.

Stream : Comment Vitra conduit-elle sa recherche ?

Isabelle de Ponfilly : Depuis 1999, Vitra expérimente ses concepts dans ses bureaux de Weil am Rhein (Allemagne)et Birsfelden (Suisse).
Différentes lignes de produits (Joyn, Workit, Ad Hoc) sont intégrées dans différents environnements. De grands benchs côtoient des tables classiques. Des espaces de travail nomades complètent les espaces destinés à des tâches fixes (le pourcentage des espaces de travail nomades a diminué l'année dernière sans qu'il y ait eu besoin de réaménager ni de modifier le mobilier). Des zones de détente, un café et une bibliothèque viennent s'ajouter aux zones de travail informatisées, apportant une touche aux accents d'habitat. Plusieurs fois par an, les bureaux s'adaptent à de nouvelles conditions dans un processus organique qui semble presque s'effectuer de lui-même.
La productivité et la motivation ont sensiblement augmenté par rapport aux périodes précédentes et il est difficile de s'imaginer comment notre époque, synonyme de dynamisme, aurait pu s'exprimer dans la rigidité traditionnelle des concepts de bureau d'autrefois. Chez Vitra, cette vision est déjà devenue réalité.

Stream :  Comment s'organise la relation avec les designers que vous employez ? Leur fixez-vous un cahier des charges ?

Isabelle de Ponfilly :  Rolf Fehlbaum (Président du Groupe Vitra) choisit les designers avec lesquels il souhaite travailler.
Certains produits ont fait l'objet d'un descriptif précis, d'autres non. Il s'agit avant tout d'une aventure humaine où de multiples pistes sont explorées.
Le résultat est inattendu et imprévisible. Le temps de développement est d'environ deux à trois ans avec parfois plusieurs dizaines de prototypes.

Mobilier Joyn, Ronan & Erwan Bouroullec, Fidim, Los Angeles © VITRA

Visions nouvelles

Stream :  En tant qu'entreprise, quelle place donnez-vous à la créativité dans votre métier ?

Isabelle de Ponfilly :  Les produits et concepts de Vitra sont le résultat d‘une démarche de design qui démarre par un intérêt profond des besoins et combine l‘excellence de l‘ingénierie de Vitra et le génie créatif des designers de renommée internationale.

Stream : Vitra cherche-t-il à favoriser la recherche, le développement de ses équipes ? Si oui, comment ?

Isabelle de Ponfilly :  Oui, nous avons un programme interne de formation qui tend à former des experts dans chaque domaine de l'entreprise.

Stream :  Quelle est la motivation pour faire réaliser vos bâtiments par de grands architectes ? 

Isabelle de Ponfilly :  Rolf Fehlbaum en tant qu'expert et passionné d'architecture choisit chaque architecte avec lequel il mènera cette aventure très enrichissante.
Certains architectes ont construit leur premier bâtiment sur notre Campus (Zaha Hadid), ou en Europe (Frank Gehry, Tadao Ando).

Stream :  Quelles en sont les conséquences observées ?

Isabelle de Ponfilly :  Nous sommes convaincus des bénéfices d'une architecture de qualité sur la vie de chacun. Les lieux peuvent créer une histoire, influencer chaque personne par le langage donné.
Les initiatives telles que l’architecture du Campus Vitra, le Vitra Design Museum, les workshops, les publications, les collections et archives sont des éléments constitutifs du Projet Vitra.
Ils enrichissent Vitra d’une perspective et d’une profondeur dans ses activités.


 Stream :  Travaillant avec des designers qui ne sont pas « spécialisés » en mobilier de bureau, une nouvelle esthétique ou de nouveaux usages naissent-ils de leur travail de conception ?

Isabelle de Ponfilly :   Oui bien sûr, il est important de s'ouvrir à des mondes différents, de s'imprégner de nouvelles cultures, Vitra offre toujours des solutions inspirantes très variées et surtout ne veut pas imposer un style.

Stream :  Quel regard ces designers non spécialisés peuvent-ils apporter ?

Isabelle de Ponfilly :  Une fraîcheur, un monde intime et imaginaire qui leur est propre. Un regard différent. Une expérience différente. Un rêve, à chaque fois une aventure unique.

Stream :  Quelles sont les propositions faites qui n'ont pu aboutir ? Pour quelles raisons (coût, inadaptation supposée à l'environnement de travail) ? 

Isabelle de Ponfilly :  Secret... suisse !





(Cet article a été publié dans Stream 02 en 2012.)