Virginie Maris

Penser la séparation au-delà du dualisme

Si la crise environnementale et la prise de conscience de l’Anthropocène bouleversent fondamentalement nos rapports à la nature, à rebours de l’idée d’une supposée « mort » de celle-ci, au profit d’une hybridité généralisée, la philosophe Virginie Maris prône le maintien d’une séparation (qu’elle distingue du dualisme) entre l’homme et la nature comme altérité radicale méritant attention, soin et respect. Cette vision de la nature comme part sauvage du monde, hors de l’intentionnalité humaine, permet de remettre en perspective les processus de renaturation ou de réensauvagement, mais également de critiquer la notion de services écosystémiques, notamment pour leur dimension de marchandisation de la nature et leur dépendance à une idéologie de croissance économique.

Bientôt disponible en open access.

Commander le livre