Clément Dirié

Tractatus Economicus - Artisticus. L’art et la manière de Julien Prévieux, aventurier ès économie

Le pendu © Julien Previeux

Artiste et usager : telle pourrait être la raison sociale de Julien Prévieux dont le travail met en œuvre, sollicite et interroge la complexité de notre monde contemporain, et notamment des systèmes et usages économiques qui le composent. Parce qu’il ne se contente pas de créer des œuvres et des objets ex nihilo mais bien parce qu’il réactive et reprend à son compte des éléments déjà existants et codifiés, il endosse une figure d’usager et met en scène son utilisation du réel. Ici, il est intervenu comme commentateur de cet essai, panorama d’une pratique de plus de dix ans, ayant pour centre de nombreuses notions économiques.

Clément Dirié est historien et critique d’art, commissaire d’exposition et éditeur spécialisé en art contemporain.

L’exploration physique, mise en scène et question — née par Xavier Veilhan, les Gelitin et le duo Abraham Poincheval/Laurent Tixador, possède un double tout aussi fascinant et certainement plus infini et plus personnel : l’exploration mentale. D’un voyage réel, qu’il soit exotique ou non, l’on peut se transmettre les adresses et les bons plans, se montrer les photographies et souvenirs, comme c’est le cas dans les pages précédentes. L’ami ira alors mettre ses pas dans les nôtres, n’éprouvant certes pas des sensations identiques, mais voyant ce que nous avons déjà regardé et aimé. L’exploration mentale est par définition personnelle, intime, unique et le voyage parmi les rêves, les idées, les concepts est propre à chacun, selon ses références, sa formation, ses expériences. Julien PrévieuxJulien Prévieux est né en 1974 à Grenoble. Il vit et travaille à Paris. Il est représenté par la galerie Jousse entreprise, Paris où il a exposé en 2004 et 2007 : « commotion » et « management of change and conflict ». Il a récemment participé à l’exposition collective « enlarge your practice » à Marseille et à la Biennale d’istanbul et a organisé, en 2006, « La Position du tireur couché », exposition au Plateau-Fonds régional d’art contemporain ile-de-France. Parmi les publications, citons : « commotion », éditions Jousse entreprise, Paris, 2004, textes de François Piron et Julie Pellegrin et « Lettres de non-motivation », La Découverte, Paris, 2007. site internet : www.previeux.net., passé par une classe préparatoire commerciale, une maîtrise de biologie, l’école des beaux-arts de Grenoble, quelques temps webmaster chez France Telecom, a choisi d’explorer, entre autres, le monde de l’économie. Ses modes de fonctionnement, ses références, certaines des notions engagées dans les processus économiques (la valeur, l’équivalence, la productivité, les processus de fabrication) comme les décalages et déviations que l’on peut faire subir à toutes ces données font l’objet de son approche interrogative — parodique — des concepts et des formes créés par notre monde contemporain.

De l’art de l’échange et de l’équivalence

Soit une série de tableaux intitulée « F.A.Q. » qui présente — et ne disons pas toute de suite qui représente — des formes géométriques simples et complexes (carrés, ronds, lignes, labyrinthes), juxtaposées ou mises en relation et dont les couleurs franches se confrontent et se mélangent. chacune de ses formes est placée sur un fond uni, et l’on peut lire en bas de chaque toile un terme ou un groupe de mots appartenant à un langage spécialisé, technique : « Education », « Sex in society », « Successfull study strategies », « Group Leadership ». La logique et la présentation voudraient que l’œil et l’intellect tissent alors un lien, fassent le contact entre ce qui est peint et ce qui est écrit. Malgré cela et cette volonté humaine de rendre les choses lisibles et intelligibles, cette intention de mettre en rapport et de trouver un sens, l’équivalence peut parfois être mise à mal, d’autant que ces équivalences ne fonctionnent pas toutes sur le même principe. ainsi, si le « e » qui se dessine dans l’enchevêtrement des couleurs évoque bien l’ « Education » sur un plan alphabétique, c’est plutôt un parallèle formel qui semble régir les points superposés de « Group Leadership ». D’autres fois, la lecture devient réellement interprétation et le titre de cette série, que les habitués des forums internet auront tôt fait de traduire, de transcoder — F.A.Q. pour Frequently asked questions, soit les questions les plus posées et standardisées —, souligne ce recours interprétatif. recours accentué par cette certitude que, devant les toiles de Julien Prévieux, chaque spectateur peut tisser des liens différents entre signifiant et signifié. Puisque que c’est bien de cela dont il s’agit : de la versatilité de l’équivalence.

Inspirées par les couvertures des ouvrages de sciences humaines édités dans les années soixante-dixNotamment par la maison d’édition Penguin Press pour qui travaillaient Derek Birdsall/Omnific company (pour « management of change and conflict »), Alan Fletcher (pour « Education »), Germano Facetti (pour « self and others ») et David Pelham, directeur artistique dans les années soixante-dix/début quatre-vingt., ces toiles résultent de l’inversion par l’artiste du rapport entre le mot et la chose. En effet, généralement, dans ce type d’ouvrages, le titre a priorité sur l’imageDans plusieurs collections de sciences humaines, les constructions graphiques sont maintenant remplacées par des images narratives. La lecture de l’image est censée illustrer le titre dans un rapport mimétique entre image et langage.. Ce renversement des valeurs questionne alors l’équivalence entre les choses et donne forme à la question de l’échange. Elle s’inscrit par ailleurs dans une relecture amusée et distanciée du modernisme et de ses formesCes toiles « F.A.Q. » repose en effet la question de la signification et de l’interprétation de toute une partie de la production du Bauhaus, depuis le système élaboré par Walter Gropius jusqu’aux compositions d’un Josef Albers vieillissant au Black Mountain college. L’artiste Daniel Pflumm mène aussi un travail qui n’est pas sans évoquer le modernisme pictural. en aliénant et défigurant les logos des grandes marques, il les libère de leur servilité commerciale. en les exposant sous forme de caisson lumineux, ils les réintègre à l’histoire des formes comme le fait Julien Prévieux pour ces couvertures de livres. Celui-ci apporte également une nouvelle pierre à la réflexion sur les titres des œuvres d’art et la présence de l’écrit au sein de l’espace pictural. sur ce sujet, cf. Michel Butor, « Les mots dans la peinture », 1969 ; et mon texte « écritures peintes, lectures vues » in « hibrid-regards croisés sur la peinture contemporaine française », éditions des riaux, Paris, 2007, p. 19-28 où l’on trouvera une bibliographie sur le sujet.. Quand on apprend, en plus, que l’artiste n’est pas celui qui a peint ces toiles mais qu’il a eu recours à un peintre professionnel pour les réaliser, la valeur d’échange se trouve prise dans un nouvel étau, entre délégation et copyright. Qui est le créateur de ces formes : celui qui les a pensées originellement, celui qui les a reprises afin de réaliser une collection de tableaux abstraits, celui qui leur a réellement donné une existence matérielle ? De la même manière que ces œuvres questionnent le rapport entre formulation et formalisation, entre représentation et signification, elles posent aussi la question de l’auteur et de la responsabilité de l’œuvre dans un système, que celui-ci soit envisagé du point de vue artistique de l’« autorat » ou économique du bénéficiaire de la vente. De nombreuses œuvres de Julien Prévieux activent cette question de l’auteur et de la manière dont on peut tisser une équivalence entre un objet, sa signification et sa fonction. Ainsi, « Have a rest », 2007, réplique grandeur nature du super ordinateur imaginé par seymour cray en 1977 pour la n.s.a. (national security agency), ou « Glissement », 2004, sculpture qui reprend la glissière de sécurité métallique présente le long des autoroutes, sont-elles des œuvres à double lecture, à retardement. « Glissement », par exemple, s’avère être un élément de mobilier urbain, exploité dans le monde entier depuis les années cinquante, détourné et déjoué par l’artiste. C’est d’ailleurs sans doute une des raisons de son titre, celui-ci indiquant la fonction parodique de l’œuvre. L’œuvre utilise un élément reconnu par tous mais en modifie la forme en changeant plus ou moins son objectif puisque cette forme, à défaut de remplir son rôle — aucun danger ne se trouve de l’autre côté — empêche néanmoins le passage du piéton. L’objet originel n’est pas complètement modifié mais amendé, corrigé, artistiquement hybridé. C’est aussi le cas pour « Have a rest », super ordinateur vidé de son pouvoir technologique devenu simple et luxueux élément de décoration et de mobilier en hêtre, sycomore et cuir.

"Glissement", 2004 © Julien Prévieux

 Julien Prévieux : "La puissance de ces ordinateurs dépassait de loin ce qui était disponible sur le marché dans les années 1970 et 1980. Leurs prix avoisinaient les dix millions de dollars. Seymour Cray avait dissimulé le circuit de refroidissement de l’ordinateur dans des sièges sur lesquels on pouvait réellement s’asseoir. il proposait à ses clients de choisir les couleurs des différentes parties de la machine dans une gamme de couleurs préétablie. La taille « architecturale » de ces machines impliquait la prise en compte de leurs aspects décoratifs et fonctionnels : le lieu du calcul devenant l’espace de repos. »

 

 

De l’esthétique de la prise et de la préemption

Dans ces œuvres et dans l’ensemble de son travail, il est possible de convoquer une esthétique de la préemption. En d’autres termes, le droit que l’artiste se donne — parfois au détriment de l’œuvre préemptée, comme nous le verrons — de faire parler, avant les autres et après leur créateur, choses, objets et concepts selon un mode qui lui est propre. Le droit de préemption pourrait d’ailleurs se révéler être un stratagème précisément artistique, forme exacerbée de la notion d’appropriation. Si l’on apparente la création artistique à une course à l’originalité, pourquoi ne pas dériver de l’appropriation à la préemption ? Dans ce qui peut se concevoir comme le « shopping » de l’art dans le stock des éléments du réel et de la fiction, il s’agit d’être le premier à s’emparer d’un élément pour en faire le support d’une appropriation artistique. Bien que cette question d’« être le premier » soit loin d’être primordiale — elle a, remarquons-le, surtout une valeur marchande —, notons que cette esthétique de la préemption — prélèvement, appropriation exacerbée — peut se révéler pertinente si on lui y adjoint la notion de prise, de trésor de guerre.

"La Malette n°1" , 2006 © Julien Prévieux

Que constitue d’autre la « malette n°1 » (ministre de l’intérieur - 30 mai 2006) sinon une prise de guerre dans notre société où la surveillance et la censure sont de plus en plus présentes ? Cette œuvre enferme dans un attaché-case les précieuses et inutilisables empreintes de Nicolas Sarkozy à l’époque ministre de l’intérieur, désormais président de la République. Là encore, en objectivant le réel (ici, un personnage public) et en présentant, comme une malette de V.R.P., un matériel a priori non commercial, Julien Prévieux pose la question de la valeur des choses. Il s’agit alors de s’interroger sur la valeur de cet objet, envisagé comme une œuvre d’art, et sur sa valeur d’usage, soit la possibilité d’établir des faux grâce à la disponibilité des empreintes de Nicolas Sarkozy.
Faut-il indexer le prix d’une œuvre sur ses potentialités d’objet, et ce, bien que la valeur d’usage de n’importe quel objet soit évidemment subjective ? En effet, des potentialités d'utilisation de l'œuvre existent en dehors du contexte de l'exposition et de l'art et c'est l'une des questions que soulève cette œuvre.

Qu'en faire ? Cette esthétique de la prise se révèle par le « piège » tendu par Julien Prévieux pour capturer ces empreintes. Présent le 30 mai 2006 à un meeting de l’UMP consacré au sport où le ministre de l’intérieur doit prendre la parole, Julien Prévieux imagine son « traquenart » : « À ma demande, un agent du service de sécurité me place sur le chemin qu’il [Nicolas Sarkozy] empruntera une fois son discours terminé. Un peu avant 18 heures, le ministre se dirige vers moi, je lui tends un livre et un stylo soigneusement essuyés. Une fois la dédicace obtenue, je replace avec précaution les deux objets qu’il a touchés dans une pochette plastique. Le lendemain, je relève ses empreintes digitales grâce à une poudre magnétique habituellement utilisée par les services de l’identité judiciaire. À l’aide d’un ruban adhésif, je reporte les empreintes sur des feuilles bristols et je fais fabriquer un ensemble de tampons permettant de les reproduire. » Et voilà le renversement arrivé à son terme : le chef de la police soumis au traitement de n’importe quel prévenu. Outre que cette œuvre soit un kit et quasiment un manuel d’instructions pour apprentis faussaires, « La malette n°1 » interroge le processus de reproduction des choses, processus souvent mis en scène par Julien Prévieux. Que ce soit avec « Have a rest », 2007, avec les motifs des F.A.Q. ou, de façon déviée, avec « sans titre (Judith et Holopherne, Le Caravage) », 2006.

"Have a rest", 2007 © Julien Prévieux

Dans cette dernière œuvre, dessin mural aux dimensions identiques à l’original, le trajet effectué par les yeux de l’artiste sur une toile du Caravage est exposé au regard du spectateur. Ainsi, ce n’est plus l’œuvre que donne à voir l’artiste dans sa démarche appropriative, reproductrice mais sa perception, voire même sa propre appropriation de l’œuvre, soit ce qu’il en a retenu de façon rétinienne. Dans un reportage consacré à son travail, David Hochney rappelle cette chose importante que le regard — l’exploration — de chaque regardeur sur un tableau est unique, originale. si le regardeur fait le tableau, chaque regardeur fait un tableau différent. Dans le cas de Julien Prévieux, ce n’est plus le discours qui vient décrire le tableau, comme le ferait Daniel Arasse en nous donnant à voir les détails de la peinture, mais le simple chemin rétinien, preuve et témoignage de sa lecture du tableau. L’équivalence s’en retrouve biaisée, bien que le dérivé porte a priori le même titre que l’original.
Le prélèvement dans le réel peut aussi être l’occasion d’une lecture différente de celui-ci. Il est alors détourné, parodié, exacerbé, actions qui conduisent à le remettre en cause. L’artiste devient alors un activiste, avec plus ou moins de moyens. Dans le cas de Julien Prévieux, il s’agit d’un hacker low-tech, se battant avec des moyens efficaces, mais définitivement peu coûteux et démonstratifs. Parodie, étymologiquement, signifie la voie de traverse, le chemin que l’on prend de côté, un engagement non frontal vis-à-vis des choses où il n’est pas nécessairement et uniquement question de ridiculiser l’objet considéré

« Éclairage illicite », suite de cinq dessins sur papier, réactive cette parodie de reproduction, en jouant sur le détournement. Réalisé en 2006, suite à une commande de la société 1664, Julien Prévieux s’amuse à contourner la loi évin afin de montrer des individus en train de boire de l’alcool, en l’espèce de la bière 1664. Grâce à l’utilisation d’une encre blanche phosphorescente emmagasinant la lumière du jour et se révélant dans la pénombre, les scènes de consommation d’alcool représentées ne pouvaient se lire qu’une fois la nuit tombée.C’est sans doute cette pratique parodique qui convient aux « Lettres de non-motivation » et à l’œuvre en plusieurs parties « À la recherche du miracle économique ». Ou ce que l’on pourrait appeler l’introduction, l’intrusion d’une logique dans une autre, d’un système autonome et porteur de sens à l’intérieur d’un système déjà efficace et efficient.Avec ses « Lettres de non-motivation », Julien Prévieux devient le révélateur du système actuel d’embauche et de candidature, faisant de sa démarche contre-productive un acte de résistance.

Pendant plusieurs années, l’artiste a répondu par la négative à des offres d’emploi, faisant de ces réponses déclinant les propositions d’embauche la matière d’un travail à plein temps. Cette activité complexe, coûteuse et suivie (recherche des annonces auxquelles répondre, recherche des éléments permettant de motiver l’absence de motivation, affranchissements des courriers, relance des éventuelles réponses) devient alors un long et multiple refus de travailler, notamment dans les conditions proposées par les offres d’emploi. En effet, chaque offre est systématiquement refusée par un Julien Prévieux s’imaginant le destinataire privilégié de ces offres et endossant tour à tour différents profils de chômeurs (surbooké illettré, paranoïaque, défenseur de l’environnement...). Chaque réponse fait l’objet d’un traitement spécial, sorte d’exercices de style à la mode laborieuse, et d’une invention personnalisée. Ainsi, la lettre de non-motivation envoyée à l’entreprise Henkel, groupe spécialiste de la chimie appliquée, met-elle en avant le paradoxe d’une multinationale ayant pour slogan « A Brand like a Friend » et productrice de produits polluants et de catastrophes écologiques. La plupart du temps, les réponses émanant des Directions des ressources humaines sont des lettres-typesL’une des dernières lettres envoyées par Julien Prévieux est une lettre-type de réponse, à laquelle fut répondu une lettre-type de réponse... qui n’ont pas pris en compte le propos du texte envoyé ou qui n’ont pas su y voir le caractère différent du postulant. Preuve que ces lettres de motivation, « jeu social à sens unique », sont rarement lues et comprises. Dans quelques cas, la réponse est personnalisée, essentiellement lorsque l’entreprise voit sa réputation mise à mal par l’artiste, comme Henkel essayant de redorer son image.

Julien Prévieux : « Le test de Turing est un test conçu par Alan Turing dans les années 50. Il a pour but de distinguer l’homme de la machine. Pour conserver la simplicité et l’universalité du test, la conversation est limitée à un échange textuel entre les protagonistes. Sur plus de mille lettres de non-motivation envoyées, seuls cinq correspondants ont passé le test avec succès. »

"Lettres de non-motivation, projet en cours", débuté en 2000 © Julien Prévieux

Cette démarche de longue haleine entreprise par l’artiste remet alors en cause les processus de l’embauche, en même temps qu’il démontre le travail à plein temps que constitue la recherche d’emploi. Variation tragi-comique sur le système marchand concernant les individus comme les produits, les « Lettres de non-motivation » font suite à un autre projet plus ancien et continuent de dresser un portrait de l’artiste en bénévole. Alors qu’il était encore étudiant aux Beaux-arts de Grenoble, il avait envoyé dans toute la ville des lettres dans lesquelles il proposait de travailler bénévolement, arguant de sa forte envie « d’être utile à la société ». Peu de réponses avaient suivi, laissant cette proposition de bénévolat lettre morte et l’énergie d’un individu se diluer. En revanche, l’artiste avait de lui-même mené un travail bénévole pour des activités habituellement rémunérées. Par exemple, se substituer, en améliorant le service proposé, aux transports collectifs de la municipalité grenobloise et proposer aux personnes attendant aux arrêts de bus de les raccompagner chez eux avec sa voiture.

De la post-post-production et de l’usage des choses

« Post-post-production », titre d’une œuvre vidéo, constitue en soi un programme et un manifeste« Post-production » de Nicolas Bourriaud (Les Presses du réel, Dijon, 2003), dont le sous-titre est « la culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain », contient des clés de lecture pour l’œuvre de Julien Prévieux. Bien que cet ouvrage s’attache à des artistes d’une génération antérieure, d’Andrea Zittel à Philippe Parreno, de Carsten höller à Vanessa Beecroft, les notions considérées comme la reprogrammation, le réseau, la relecture, le « faire avec » sont tout à fait pertinentes dans le cadre des œuvres décrites ici. Évidemment, certaines des œuvres de Julien Prévieux sont postérieures à cet essai et en sont comme des démonstrations ou des remises en cause. Les titres des parties et certains des titres des chapitres (« L’usage des objets, L’usage des formes, L’usage du monde ; Playing the World : reprogrammer les formes sociales ») trouvent un écho dans les œuvres traitant du travail et d’objets spécifiques, comme le film hollywoodien à grand spectacle.. Un programme puisqu’il réfère au travail de l’artiste pour réaliser cette œuvre. Un manifeste parce qu’il peut s’appliquer à l’ensemble de la production d’un artiste qui vient souvent s’articuler à un objet déjà réalisé, à un système déjà en vigueur et qui a fait ses preuves. Dans ce cas particulier, l’artiste est reparti de la version diffusée et commercialisée du film Le monde ne suffit pas, épisode récent de la vie de l’agent secret 007. Il a alors créé sa propre versionDepuis Christian Marclay et son « Up & Out » qui juxtapose l’image de « Blow up » de Michelangelo Antonioni et le son de « Blow Out » de Brian de Palma, de nombreux artistes se sont emparés de l’objet cinématographique pour le modeler à leur façon, soulevant souvent la question du droit d’auteur et du droit d’appropriation. Camille Henrot avec son œuvre récente « King Kong addition », soit la juxtaposition des trois versions de « King Kong » (1933, 1976, 2003), est un jalon de ce débat sur la réappropriation du septième art par l’art. L’œuvre de Julien Prévieux fonctionne plus sur le mode de l’ajout que sur celui du collage comme dans les exemples cités ici., la post-production étant le dernier moment de fabrication d’un film avant sa sortie sur les écrans. Il a re-truqué intégralement le film et significativement augmenté le nombre d’effets spéciaux (explosions, flammes, fumées, déferlantes d’eau ou avalanches)Julien Prévieux semble fasciné par la machine, comme le montre sa réplique grandeur nature du monstre technologique de la NSA dont la capacité inédite de traitement des informations et le design moderne faisaient un symbole de l’avancée scientifique tout comme l’œuvre « Lesson 1 », 2000, où deux ordinateurs conversent sur les fondamentaux informatiques grâce à un logiciel de programmation. néanmoins, cette fascination n’est pas exempte d’une remise en cause et d’une vision comique. ainsi, le diaporama « Xtars Love computers », 2006, réalisé pour le site internet du Magasin-centre national d’art contemporain de Grenoble (http://www.magasin-cnac.org/with/previeux), propose-t-il une savoureuse mise en images du fétichisme contemporain lié à l’ordinateur grâce à une succession de photographies montrant stars et personnalités vantant « la vie avec ordinateur ». . Désormais, chaque plan, même le plus anecdotique et le plus insignifiant, est le théâtre d’événements catastrophiques et le résultat d’un bénévolat titanesque de la part de l’artiste. En effet, Julien Prévieux a saturé le film d’effets spéciaux sur toute sa longueur (120 minutes), ce qui donne naissance à un véritable feu d’artifices d’effets qui, au lieu de servir le film, le parasite et le phagocyte jusqu’à le rendre irregardable, incompréhensible.

"Post-post production", 2004 © Julien Prévieux
"Post-post production", 2004 © Julien Prévieux

#slideshow-789

Julien Prévieux : « On peut rapprocher cet usage intensif du trucage de la création de mods par les joueurs de jeux vidéo. Un mod (une modification) est un jeu créé à partir d’un autre en ajoutant ou en modifiant des composantes du jeu : niveaux supplémentaires, scénarios différents, gameplay révisé. Si les mods sont, en général, gratuits et distribués par les joueurs eux-mêmes, certains ont pu être commercialisés et devenir de véritables succès commerciaux (counter-strike par exemple). »

Le héros du film n’est plus James Bond mais l’explosion éternelle et chaque fois renouvelée. Et cela, de façon mimétique, avec les mêmes moyens et techniques que ceux utilisés par la production émettrice : l’industrie du film hollywoodien. Le caractère bénévole de cette action est essentiel dans cette œuvre et met de nouveau en jeu la question de la valeur puisque, par sa simple volonté non rémunérée, l’artiste arrive à réaliser une version du film que les producteurs n’auraient pas osé rêver. Ce caractère de post-postproduction bénévole peut alors être appliqué à l’ensemble du travail de Julien Prévieux, travail de remise en jeu, de redistribution des sens, à partir d’éléments du réel ou de l’art dont le sens et l’ambition étaient univoques.

Dans trois œuvres plus anciennes, l’artiste s’est lui-même mis en scène dans ce qui pourrait s’apparenter à un film d’aventures, tendance petit budget et JackassJackass est une émission de télévision américaine, diffusée originellement sur MTV, montrant un groupe de jeunes adultes effectuant des cascades humiliantes, dangereuses ou ridicules, sans autres but que le fun.. Dans « roulades », un individu — l’artiste ? — se déplace du matin jusqu’au soir en roulant dans les divers lieux qu’il traverse, prenant possession de l’espace d’un mouvement continu et fluide, au son d’une musique répétitive. Dans « crash Test - mode d’emploi »Il existe une version « marchande » de cette vidéo, présentée au sein d’une installation imitant un stand de foire où sont vendus les tee-shirts présents dans la vidéo et où celle-ci fait office de programme de démonstration. un homme vêtu d’un T-shirt arborant la cible jaune et noire des crash-tests se précipite contre tout ce qu’il croise sur sa route : les voitures, l’architecture, les passants, les meubles. Dans « Pendu », photographies de 1998, l’artiste se met en scène dans l’environnement urbain et devient un motif appliqué à l’architecture et à la réalité quotidienne, un parasite mis à l’épreuve du corps. Un moyen de faire entrer le burlesque dans le paysage urbain comme avec cette suspension au panneau de signalisation « Accès Piétons ». Dans cet ensemble d’œuvres de la même année qui inclue le corps humain dans l’espace réelCes deux formes disparaissent ensuite plus ou moins complètement du répertoire de Julien Prévieux, marqué par une reproduction du réel et la prise en charge d’éléments produits, l’on pourrait dire manufacturés. , l’artiste interroge le monde comme obstacle et comme environnement à appréhender et à investir de gestes simples, radicaux, répétés en boucle, sortes de comportements déviants et plus ou moins violents et burlesques. Notre perception du contexte est troublée par ces gestes limites, comme peut troubler la rampe de sécurité malmenée dans « Glissement ».

"Pendu", 1998 © Julien Prévieux

Ces œuvres conduisent aussi à examiner et interroger le travail de Julien Prévieux d’un autre point de vue : celui de l’histoire de l’art et du contexte référentiel de sa pratique. Comme l’indique lui-même l’artiste, « Glissement » peut faire penser à une sculpture de Land Art, voire à une œuvre de Donald Judd et il est sûr que cette sculpture abstraite ne jurerait pas une fois placée dans l’espace public. De même, comme l’écrit François Piron dans « commotion », les œuvres vidéos tendance tête brûlée de la fin des années quatre-vingt-dix ne sont pas sans rappeler « certains gestes performatifs des années 1960 et 1970 : « Crash Test - mode d’emploi » évoque « Velocity Piece » de Barry Le Va, la série photographique « Pendu » renvoie notamment aux chutes de Bas Jan ader ou de Chris Burden, tandis que la vidéo « roulades » convoque comiquement la performance « Roll » de Dan Graham ». On pourrait aussi évoquer la performance « Parallel stress » de Dennis hoppenheim ou d’autres actions d’art corporel où des artistes ont adopté des comportements « différents » dans l’espace public, à l’affût des réactions extérieures. néanmoins, comme l’indique François Piron, la perspective méta-artistique, « la citation appropriative ne semble[nt] pas constituer l’enjeu » du travail de Julien Prévieux et il s’agit plutôt de « dédramatiser » des influences historiques en les activant dans un cadre urbain banal, de les « exproprier » en les valorisant comme gestes sans auteurs et sans réelle portée signifiante. L’artiste se place en « usager »Pour preuve de cette dimension d’ « usager », François Piron relève que, dans « roulades », le protagoniste principal croise un autre rouleur, preuve comique d’un mouvement collectif. nicolas Bourriaud dans « Postproduction » met en exergue cette phrase de Wittgenstein : « Don’t look for the meaning, look for the use » et parle de « re-passionner la vie quotidienne ». À la fin de son texte, François Piron conclue : « signe du temps, Julien Prévieux effectue un retournement du comique bergsonien, en plaquant non plus du mécanique sur du vivant, mais désormais du vivant, c’est-à-dire de l’accident, sur du mécanique. » in « commotion », p. 3., comme souvent dans son travail, et non en auteur. Ce chemin d’expropriation est aussi à l’œuvre dans l’une des œuvres emblématiques de l’artiste, « À la recherche du miracle économique », œuvre qui croise nombre de ses centres d’intérêts et qui s’avère être une nouvelle manière de lutter contre l’univocité des choses et des textes.

"A la recherche DU miracle économique", 2006 © Julien Prévieux

De la valeur travail
 et de la propriété intellectuelle

La série d’œuvres réunit sous le titre emblématique « À la recherche du miracle économique » entend retrouver le temps perdu ou, du moins, les significations perdues. Il y est une nouvelle fois question du sens des choses que l’artiste entend dévoiler. Julien Prévieux cherche dans cette œuvre à donner à la fois du sens aux événements économiques, à actualiser « Le Capital » de Karl marx comme des textes de Smith et Ricardo tout en détournant l’ensemble via une entreprise de fictionnalisation et de charlatanisme. Son but, avec ces œuvres où il met au jour un réseau de notions, une cartographie de termes reliés entre eux à partir d’une lecture cryptographique de textes fondateurs de la pensée économique, est de prédire ou de révéler, en nostradamus capitaliste, des événements comme la crise de 1929, le scandale Enron, la crise asiatique ou des situations économiques contemporaines comme les paradis fiscaux ou le secteur informel. Ainsi, gravitent autour d’un bloc de texte du capital, traité comme un tableau ou un poème en prose, les termes « N.Y.S.E. » (pour new york stock exchange), « Hoover », « récession », « faillite » pour annoncer la crise de 1929 ou « dégraissage », « démonétisé » et « néo-état » pour le repli local. Souvent présentées comme des textes fondateurs et inévitables — Engels considérait « Le Capital » comme La Bible du mouvement ouvrier — ces prophéties joue de cet investissement mystique de ces textes et amène à cette conclusion que le miracle économique n’est pas réalisable dans notre société capitaliste, puisque ces prophéties ne prédisent que ces catastrophes à répétition. Entre instrumentalisation par l’art et dénonciation de l’instrumentalisation et de la manipulation des textes à des fins idéologiques, les décryptages de Julien Prévieux donnent forme à la complexité économique. Là encore, la notion d’auteur est remise en cause puisque l’artiste ne fait que paraphraser, décrypter une œuvre première pour finalement la détourner, voire la cannibaliser.

Julien Prévieux : «  À propos des consommateurs et des lecteurs, ces « producteurs méconnus », Michel de Certeau écrit : « Dans l’espace bâti, écrit et fonctionnalisé où ils circulent, leurs trajectoires forment des phrases imprévisibles, des « traverses » en partie illisibles. Bien qu’elles soient composées avec les vocabulaires de langues reçues et qu’elles restent soumises à des syntaxes prescrites, elles tracent les ruses d’intérêts autres et de désirs qui ne sont ni déterminés ni captés par les systèmes où elles se développent. » (« L’invention du quotidien », 1990). »

De récupération, il en est aussi question avec « La soufrière », nouvelle variation polémique sur cette fameuse valeur travail. Avec cette œuvre, le travail bénévole devient clandestin et, là encore, l’œuvre de l’artiste fait appel à un intermédiaire, à savoir des enfants qui confectionnent des salières à la chaine. En transformant une partie de sa galerie au moment d’une exposition personnelle en atelier de production clandestin, l’artiste pose encore la question de l’auteur de l’œuvre et de son appartenance. Ce sont les enfants qui réalisent l’œuvre tandis que ces objets, apparemment ludiques, contiennent en leur sein des appels à la rébellion. En effet, aux points de couleur disposés au recto correspondent au verso les répliques exactes d’instructions diffusées par la CIA au nicaragua dans les années quatre-vingt afin de déstabiliser le régime sandiniste. Le spectateur qui se saisit des salières à disposition dans un coin de la galerie, comme l’enfant qui verrait ce qu’il est en train de plier, pourrait lire : « rends les routes impraticables avec des clous et des rochers », « arrive en retard au travail » ou « casse les vitrines et les éclairages publics ». Cette œuvre devient alors le lieu d’une série de renversement entre travail et bénévolat, valeur de ce travail et activité clandestine, présence conjointe d’une figure de l’innocence et des salières destinée à camoufler l’appel à l’insurrection.

"A la recherche miracle économique", 2006 © Julien Prévieux
"What shall we do next ?", 2007 © Julien Prévieux

#slideshow-794

« What shall we do next ? »

Cette question est le titre d’une œuvre en cours de Julien Prévieux. Celle-ci se compose d’une série de dessins montrant des gestes décomposés en trois étapes, chaque mouvement étant référencé en bas de la feuille selon le numéro de brevet accordé par l’USPTO (United States Patent and Trademark office) à ces gestes et aux fonctions correspondantes. Élaborés par des particuliers ou diverses sociétés comme Apple ou Nintendo, ces modèles à trois mains — on dirait « patrons » en couture — constituent un stock de comportements que nous utiliserons peut-être un jour dans notre vie quotidienne, une « archive de gestes futurs », pour l’instant privatisés, dans l’avenir commun à tout utilisateur d’éventuels interfaces ou appareils électroniques.

Placée sous le signe d’une telle question programmatique, cette œuvre éclaire également l’ensemble des pratiques et modes d’action de Julien Prévieux examinées ici. En effet, son entreprise de redistribution des formes et des significations, de reformulations des signes et des usages agit comme une interrogation existentielle, comportementale, dirons-nous pour être moins connoté, sur le monde contemporain. et notamment sur ses rapports économiques, et sur les notions d’usage, de valeur, d’équivalence qui ne se retrouvent et n’opèrent pas uniquement dans ce champ de l’économique, mais également dans les champs humain, social, culturel et artistique. ou alors, ces notions ont peut-être contaminées l’ensemble des relations et des créations humaines ? Ainsi, les postures d’exploration, de recherche et d’usage, voire de post-usage — de second hand —, endossées par l’artiste s’avère-t-elle une démarche critique questionnant les objets et les formes. Démarche qui les articule d’une manière nouvelle, en les traduisant dans un langage qui lui est propre. De là, son travail s’enrichit à son tour d’une dimension programmatique dans le sens où il propose des modalités d’utilisation du réel, sur lesquels il influe de façon tangente dans certains projets comme lorsqu’il se comporte en usager, intervenant après. Son mode de création et de réflexion permet également de renouveler nos modes d’observation de la représentation du vrai et du signe. En examinant, avec la même attention et les mêmes préoccupations, divers objets, par exemple les livres fondateurs des théories économiques, les symboles de la révolution technologique comme des objets vernaculaires, les échanges sociaux et contrats de réciprocité, Julien Prévieux détermine et met en valeur la vie et l’aura symboliques qui peuvent s’attacher à certains outils et éléments de fonctionnement de nos vies quotidiennes, que celles-ci soient fondées ou le résultat de mystifications, d’accompagnements théorique, social ou économique divers comme peuvent l’être ces quelques paragraphes sur son travail.

Cet article a été publié dans Stream 01 en 2008.