Freedom

Naturaliser un paquebot des années 50-60

Au cœur du quartier Porte Maillot, en pleine revitalisation, PCA-STREAM revisite un héritage architectural moderniste et prolonge le dialogue ville/nature par une naturalisation de l’architecture. Le rapport au paysage devient la signature du bâtiment, gage d’une meilleure insertion urbaine et paysagère, au profit d’une grande qualité de vie pour ses occupants.

Naturaliser un paquebot des années 50-60

À l’extrémité du 16e arrondissement, ce bâtiment occupe l’un des principaux points d’entrée de la métropole depuis l’ouest. En lisière du Bois du Bologne et de l’axe historique Louvre-Rivoli-La Défense, il reste discret malgré un important linéaire de façade. Le quartier de la porte Maillot, relativement endormi, est appelé à une prochaine revitalisation. Avec des chantiers d’ampleur en cours, comme Mille Arbres, et des connexions renforcées sous l’impulsion du Grand Paris, il présentera un nouveau visage à l’horizon 2020. La restructuration proposée par PCA-STREAM pour l’immeuble Bruix s’inscrit dans cette dynamique et permet d’en faire un nouveau signal.

Faire muter l’architecture rationaliste

Le bâtiment est emblématique de l’architecture rationaliste des années 1950-60. C’est un exemple d’immeuble de bureaux de prestige typique du modernisme des Trente Glorieuses. L’intervention de PCA-STREAM respecte cette expression et revalorise les qualités architecturales de la structure d’origine. La trame de la façade nord est réinterprétée selon une écriture contemporaine inspirée de son ordonnancement originel rigoureux. Elle met en valeur le linéaire exceptionnel de l’immeuble et affirme un écran monumental sur la porte Maillot et le bois de Boulogne. Le marbre, le verre et l’aluminium, matériaux typiques des années 1950, confèrent une nouvelle noblesse à la façade historique. Cet habillage, avec l’adjonction d’une galerie monumentale double hauteur en attique sur toute la longueur de l’avenue de l’Amiral Bruix, renforce la présence de l’immeuble depuis la porte Maillot. Composée de ventelles vitrées photovoltaïques, cette galerie transparente est un espace hybride entre intérieur et extérieur. Ouvrant sur des vues exceptionnelles, elle s’éclaire la nuit et prend alors une dimension de phare urbain.

 © PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM

Travailler dans un paysage intérieur

Vieillissant et d’apparence austère, cet ensemble tertiaire était totalement obsolète. Les aménagements successifs lui avaient fait perdre son standing et son caractère d’origine. Sa restructuration lourde vise une rationalisation de l’organisation des différents étages pour optimiser leur fonctionnement. Elle permet une meilleure efficacité des communications et offre des surfaces de bureaux d’une grande flexibilité. Le rez-de-chaussée, totalement inanimé, est entièrement repensé. Il s’ouvre sur la ville et sur le jardin à l’arrière du bâtiment. Des traversées visuelles vers le jardin sont ménagées via un jeu de miroirs et de transparences permettant de faire pénétrer le paysage extérieur dans les différents espaces intérieurs. L’aménagement est caractérisé par des matières claires et réfléchissantes. La présence du bois dans l’habillage et le mobilier accentue sa dimension paysagère. La lumière naturelle omniprésente devient gage de confort. Les espaces de travail sont fonctionnels et conviviaux, ils favorisent le travail en équipe comme la rencontre et les échanges informels. Les services proposés par l’immeuble sont dignes d’un standing hôtelier, les occupants bénéficiant d’une conciergerie, d’un grand choix de restauration, d’un lounge ou d’un working café.

© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM
© PCA-STREAM

Naturaliser le bâti

S’il présente au nord une trame rigoureuse, inspirée de l’écriture fonctionnalisme d’origine, le bâtiment offre un visage bien différent au sud, avec une façade habitée et plantée. En phase avec son environnement immédiat, les jardins des villas et le bois de Boulogne, l’architecture s’y naturalise. Les surfaces dédiées aux équipements techniques ou aux aires de parkings sont entièrement reconquises et végétalisées. La façade est épaissie par des balcons filants à tous les étages, qui offrent la possibilité de sortir et de profiter de vues plongeantes sur le jardin. La végétation s’y accroche pour former une couverture végétale bioclimatique, permettant de diminuer naturellement la température intérieure des bureaux en été. Le bâtiment crée un continuum végétal grimpant de balcon en balcon du jardin jusqu’à la toiture. Une série de terrasses en bois prolonge les espaces communs du rez-de-chaussée. Des prairies de graminées fleuries forment une séquence sauvage qui participe à enrichir l’écosystème local.

Suivi de chantier

Photographies par Jean-Philippe Mesguen. 

octobre 2018 © Jean-Philippe Mesguen
octobre 2018 © Jean-Philippe Mesguen
octobre 2018 © Jean-Philippe Mesguen
octobre 2018 © Jean-Philippe Mesguen

Informations

Client AXA Real Estate
Programme Restructuration d’un programme de bureaux
Localisation 15-25 boulevard de l'Amiral Bruix, 75016 Paris
Mission Complète
Surface 17 500 m²
Statut Chantier (livraison en septembre 2019)
Certifications  HQE Rénovation Excellent ; BREEAM Refurbishment Very Good ; Label Effinergie Rénovation ; WELL niveau Silver ; BIODIVERCITY niveau Performant
Équipe — Maîtrise d'ouvrage : AXA
— Maîtrise d'ouvrage déléguée : Vinci Immobilier
— BET généraliste : Egis
— BET Façades : MOEX
— Acoustique : Elioth
— Économiste : Acoustb
— BET Environnement : Green Affair
— Conseil Sécurité Incendie : CSD Faces
— Contrôle Technique : BTP Consultant
— CSPS : LM3C
— Paysagiste : A&SE
— Éclairage extérieur : 8'18''
— Programmation cuisine : Ceres
— Conseiller patrimonial : Grahal