Talleyrand

De l’immeuble de bureau à l’hôtel particulier d’exception

Au cœur du 7e arrondissement de Paris, PCA-STREAM transforme un immeuble de bureau terne et sans identité en hôtel particulier d’exception. L’ensemble existant est restructuré de l’intérieur pour apporter de la lumière naturelle, tandis que les façades gagnent une identité contemporaine par une géométrisation des volumes.

Mutation urbaine

D’abord propriété du Ministère de la Défense, le 6 de la rue Talleyrand est vendu en 2009 à un particulier. L’immeuble de bureau de trois étages, qui date de la fin des années 1950, est étroit et sans identité, plutôt austère. Profitant de son emplacement prestigieux dans le 7e arrondissement de Paris, à l’est de l’esplanade des Invalides, son nouveau propriétaire confie à PCA-STREAM la mission de le transformer en hôtel particulier. C’est pour l’agence l’occasion de proposer un exemple de mutation d’espaces tertiaires en logement, sujet capital pour l’animation et la densification urbaine de Paris. Le bâtiment est réinscrit dans son contexte par une écriture contemporaine et doté d’une surélévation exceptionnelle offrant des vues panoramiques sur la ville.

Cœur lumineux

L’immeuble d’origine n’étant pas démolissable, il s’agissait de tirer parti de l’existant pour réussir sa mutation en hôtel particulier. À rebours du cloisonnement d’origine, PCA-STREAM y a privilégié l’ouverture des volumes, la lumière naturelle et les transparences. L’ensemble est réorganisé en profondeur et percé de deux vides, poumons lumineux qui articulent entre eux les différents espaces. Le rez-de-chaussée conserve un local de bureau, les deux premiers niveaux sont aménagés en chambres, qui donnent sur la rue Talleyrand, tandis que les deux derniers étages accueillent les espaces à vivre. Le vide central en double hauteur conduit la lumière de part et d’autre du bâtiment et permet de créer des jeux de profondeur dans les vues intérieures. Le second vide, se prolongeant jusqu’aux verrières de la surélévation, permet aux étages supérieurs de fonctionner comme un unique espace de réception généreusement baigné de lumière naturelle. La salle à manger et le séjour s’ouvrent sur une terrasse extérieure protégée et un balcon. Les garde-corps en verre favorisent les transparences, tandis que les embrasures en bois clair apportent des touches de chaleur. L’ensemble baigné de blanc est conçu dans un esprit minimaliste.

© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen
© Jean-Philippe Mesguen

#slideshow-1019

Du standard à l’exceptionnel

L’hôtel particulier d’exception, naturellement à sa place dans ce quartier huppé, se substitue ainsi à l’austère bâtiment administratif tramé et cloisonné selon une typologie de bureaux datant des années 1960. PCA-STREAM conserve néanmoins le rythme initial de la façade, une grille relativement classique, tout en modifiant sa géométrie. Les fenêtres sont agrandies, leurs huisseries épurées et placées au ras de la façade pour donner une identité contemporaine au bâtiment. Il forme alors un volume géométrique très sobre qui se lit comme un objet pur et abstrait. La surélévation, accompagnée par la création de trois nouvelles baies, préserve un retrait au sud de manière à ne pas renforcer le pignon aveugle vers la rue de Grenelle. Les retours du toit, dans la continuité de la façade, réinterprètent la volumétrie classique des toits parisiens et le style des verrières d’ateliers d’artiste. Ce dernier étage est traité comme un toit habité offrant des vues hors du commun sur Paris. Depuis la rue, l’ensemble propose une géométrisation des codes et des ordonnancements classiques parisiens, une abstraction qui réifie et transcende cette mutation architecturale.

Informations

Client Privé
Programme Transformation d'un ancien immeuble de bureau en hôtel particulier
Localisation Paris 7e
Budget 1,5 M€ HT
Statut Livré en 2015